Kostalde Baleada 2021

Tel des marins confinés dans le "lazaret" à leurs retours de lointains voyages aux Amériques ou aux Indes, nous avons vécu un long intermède du à la pandémie du COVID19.

Mais, depuis quelques semaines, nous préparons activement la 9ème édition de cette randonnée pédestre, culturelle et gourmande le long du littoral de la Côte Basque.

Au cours du printemps, la Corniche a été fermée à la randonnée piétonne. Aussi, notre balade démarre du fort de SOKOA pour rejoindre ANGLET : 28 km quand même ! 

En réalisant un focus sur la Côte Basque, dans sa partie Labourdine entre Adour et Bidassoa, il est amusant d’aligner les blasons des huit communes concernées, et de les écouter nous raconter leur(s) histoire(s)maritime(s).

D’Hendaye à Anglet, en passant par Urrugne, Ciboure, Saint Jean de Luz, Guéthary, Bidart, Biarritz et Anglet, il suffit de tendre l’oreille pour entendre encore le souffle des baleines et le grincement des rames. En tournant le nez au vent, on sentira aisément les fumées émanant des Atalai (points d’observation) et des Erretegi (fours de transformation).  Enfin, en regardant vers le large on verra s’éloigner tous ces hommes (Indianoak) désertant le pays après les fêtes de la Bixintxo (Hendaye - Ciboure) et espérant être rentrés de Terre-Neuve avant les fêtes de la Saint-Martin (Biarritz).

Les grandes marées, y compris celles d'octobre, permettent de remonter au plus près des traces de cette mémoire collective éveillant les sens des marcheurs tout au long de la Kostalde Baleada.

Pour exemple, l’épopée des chasseurs de baleine, illustrée par la construction de la réplique du baleinier SAN JUAN par le chantier naval ALBAOLA de PASAJES. 

Au sortir de cette visite, une balade en montagne nous amène vers une lecture différente de la nature.

  • En partant d’un point haut, tel que la Rhune (900 m), vue sur l’ouest lointain et l’inconnu.
  • En redescendant, probabilités importantes de découvrir une carcasse blanchie de Pottok rappelant étrangement l’ossature bois du SAN JUAN.
  • En continuant la descente jusqu’à 500 m d’altitude, traversée d’une forêt de hêtres, essence imputrescible dans l’eau, et totalement compatible avec une fonction future de colonne vertébrale ou de quille de bateau en immersion permanente.
  • En passant sous la barre des 500 m d’altitude, d’autres essences de bois, de chênes têtards fournissant pendant des siècles, de manière naturelle ou contrainte par l’homme, les pièces du puzzle nécessaires à l’assemblage des bateaux. 
  • En arrivant dans la plaine, place aux vergers et particulièrement aux pommiers très nombreux autrefois qui fournissaient le Sagarno, essence du marin de l’époque, formidable hydratant anti-scorbut.

Sans oublier SOKOA (point de départ de notre randonnée), Ciboure et Saint Jean-de-Luz, patrie, comme Bayonne, de valeureux corsaires basques et bayonnais qui donnèrent bien du fil à retordre aux ennemis  du Royaume de France.

Une fois cette balade itinérante terminée, il ne nous restera plus qu’à faire un tour par le Musée Basque de Bayonne et de monter (encore !) au 1er étage pour vous « immerger » dans la maquette reconstituant Bayonne au 15e siècle. Les petites embarcations fluviales côtoient les galions en partance pour le grand large au croisement de l’océan des eaux de la Nive et de l’Adour.

Sur les quais, on stocke le bois pour les nombreux chantiers navals et on cultive les pommiers au pied des remparts.

Durant toute la journée, cette randonnée pédestre thématique sera accueillie par les différentes villes traversées dans des "Agurespaces" (points de ravitaillement et de collecte de petites histoires locales) tenus par des associations. 

Cette histoire maritime méritait bien qu’on s’y arrête et c’est ce que fera cette année la randonnée littorale gustative et culturelle, « Kostalde Baleada », qui installera son village d’arrivée à l'embouchure de l’Adour.

Après les 28 kms qui nous séparent du FORT de SOCOA, il est fort probable que les jambes soient marquées par la géographie côtière… et que dans les têtes résonnent encore les faits marquants de notre patrimoine maritime.

 

 Les bénévoles d'IBAIALDE